Description du projet

GHOST-TRACK / installation à Venise
localisation : VIIIe Biennale de d’architecture de Venise, pavillon français
Commissaire : Frac centre, marie-Ange Brayer et Béatrice Simonot
statut : exposé en septembre 2002
crédits : Antoine Regnault, David Serero, Arnaud Descombes

« Présentée dans le pavillon Français de la VIIIe biennale d’Architecture de Venise , l’installation « Ghost track », tente de figurer l’approche, le processus de conception d’un projet architectural ou urbain.
En investissant un savoir-faire dont ils ignorent tout, celui du tressage, les architectes appellent à l’émergence d’une intelligence transformative autre, une formalisation différente ou différée de l’objet. Surface suspendue en bois tressé de 3,20m sur 1,60m, Ghost track se veut un anti-ready-made, une fantômatisation de l’objet au profit de sa seule force d’apparition/disparition. A l’opposé de toute tentation nostalgique, l’usage d’une technique manuelle vaut ici pour l’écart qu’elle aménage entre programme et projet. Les architectes cherchent à investir un espace indécis, où la forme n’est jamais que son propre processus de constitution, son propre effort de trans-formation. »