Description du projet

PARIS 2012 / Un repére olympique
localisation : Village olympique, parc des Batignolles, Paris XVIIe
maître d’ouvrage : Paris 2012
coût : 805 200 € HT
statut : concours 2006

L’étude de la forme d’une flamme est problématique. Elle relève plus de la dynamique d’un fluide, des transformations d’un corps gazeux. Sa topologie est fuyante et seule importe la dynamique de sa forme, ses constantes transformations. Ce mouvement est ici rendu par le dédoublement de l’enveloppe du repère, un principe de « double-peau » vrillée autour de sa silhouette, qui permet d’organiser l’ascension du public à l’intérieur de la structure. Cet « entre-deux » progressif, déployé en spirale de bas en haut, permet l’aménagement de cinq belvédères à cinq niveaux différents, recomposant les vues sur le site depuis le projet. Les décollements de l’enveloppe l’apparentent à un diaphragme en mouvement, s’ouvrant puis se fermant sur son contexte : depuis la vue sur les voies ferrées dans sa partie inférieure, jusqu’à l’ouverture sur le paysage parisien et le site du futur village olympique, depuis le belvédère le plus haut. En élévation, l’espacement aménagé dans l’épaisseur de la peau vient brouiller subtilement le contour du projet, dissymétrique et incliné le long de l’axe des deux noyaux olympiques Nord et Ouest. L’enveloppe du repère olympique est faite de plusieurs densités de mailles métalliques, plus lâches au droit des belvédères. La nature textile de cette « robe dédoublée » participe, par la superposition des trames, à cette multiplicité d’aspect.